Make your own free website on Tripod.com

Casamance au clair de lune:

Le journal du pays

Actualité

En collaboration avec le Journal du Pays, la Voix de la Casamance et le Palmier

Abbé Diamacoune ¦ Histoire ¦ Géographie ¦ Prisonniers ¦ Disparus ¦Adresses ¦Adhésion ¦Retour-Home

Copyright © mars 1999 by Tamba Network Inc . All rights reserved.

Pour avoir les informations sur le Kosovo cliquer sur Alliance Casamance-Kosovo


LES GRANDS TITRES DE L'ACTUALITE PAR LE JOURNAL DU PAYS

Discours d'ouverture de Diamacoune le 22 juillet 1999 à Banjul

Audiences du Secrétaire Général du MFDC à Banjul

André Lewin parle...

Résolution Finale des journées de réflexion du MFDC à Banjul

Du Journal du Pays
mai 1999

Trouver les informations sur le Kosovo en cliquant
Casamance-Kosovo


Trouver la liste des prisonniers politiques casamançais actuellement en détention en cliquant Prisonniers Politiques Casamançais.


Trouver la liste des disparus connus en Casamance en cliquant Disparus de Casamance.


JP: Abbé Augustin Diamacoune Senghor, Secrétaire Général du MFDC s'est rendu à Banjul, capitale de la Gambie, le samedi 19 juin 1999, en compagnie d'une grande délégation dont Bertrand Diamacoune et Sidy Badji entouré de son groupe de repentis(ex-Front Nord). Les cadres du MFDC et principalement les conseillers personnels de Abbé Diamacoune Sanoune Bodian et Mamadou Diémé ont été invités à ne pas faire le déplacement pour des raisons de santé par le comité provisoire de pilotage(CPP). Le CPP a été dissout le vendredi 25 juin 1999 après la clôture des journées de réflexion du MFDC.


Abbé Diamacoune et Abdou Diouf
Poignée de mains entre Diamacoune et Abdou Diouf

JP: Monsieur Mamadou Nkrumah Sané ne s'est pas rendu à Banjul et n'y a pas envoyé un représentant de la section française du MFDC. C'est la sous-section de Lyon qui a été représentée par Jean-Marie François Biagui et Alexandre Djiba. La Celic (Coordination Extérieure de Lutte pour l'Indépendance de la Casamance) a été représentée par Raymond Badji et les messieurs Badiane et Goudiaby. Selon Monsieur Goudiaby, la Celic sera dissoute dans les prochain jour pour rejoindre sans condition la section française du MFDC. Autres absences: Les délégués des sections d'Allemagne, d'Italie, des Etats-Unis d'Amérique, du Portugal, de la Côte d'Ivoire et du Sénégal. Ceux-ci n'ont pas reçu leur convocation par le Comité de Pilotage Provisoire (CPP). Le CPP est, selon nos sources, toujours infiltré par les agents sénégalais.



JP: Discours d'Ouverture du Secrétaire Général du MFDC
Honorables Représentants
La Casamance entière, par mon humble voix, vous souhaite la bienvenue et la paix parmi nous. Elle vous exprime sa joie et sa gratitute d'être honorée de votre présence et de votre soutien moral. Dieu fasse que ces retrouvailles d'aujourd'hui constituent une étape très importante dans notre marche vers une solution définitive du problème multiséculaire de la Casamance dans la vérité et la justice.
Dieu daigne récompenser le Peuple gambien frère qui nous accueille, les hautes autorités de la République de Gambie et principalement Son Excellence, le Président Yaya Jammeh qui, par delà son action constante et désintéressée, au service de la paix en Casamance, a bien voulu accepter, avec beaucoup d'amabilité, de disponibilité et de dévouement, d'abriter dans son pays, nos présentes assises.
Je voudrai également associer à ces éventuelles récompenses divines, le Peuple frère et les hautes autorités de la République de Guinée-Bissau qui, en dépit des turbulences et vicissitudes de l'histoire, demeure plus que jamais un partenaire et un acteur incontournable dans la recherche de la paix et la solution du problème de la Casamance en sa qualité de partie garante des accords de cessez-le-feu du 31 mai 1991 à Bissau et du 08 juillet 1993 à Ziguinchor.
Le Mouvement des Forces Démocratiques de la Casamance, par ma voix, prend acte de la volonté exprimée du Président de la République du Sénégal et de son gouvernement d'aboutir à une solution pacifique dans la justice et la vérité.
Enfin, à toutes les personnes de bonne volonté, physiques ou morales, à toutes les organisations humanitaires, de défense des droits de l'homme et de développement, le Mouvement des Forces Démocratiques de la Casamance par ma voix, leur témoigne ici solennellement l'expression de sa très sincère reconnaissance.
Frères et Souers de Casamance,
Que Dieu nous prenne en pitié, nous bénisse et nous protège, qu'il nous éclaire, nous soigne et nous fortifie, qu'il fasse de nous de vrais bâtisseurs de la paix en Casamance de nos Ancêtres, dans la vérité et la justice.
Les journées de réflexion que nous ouvrons aujourd'hui constittueront à n'en point douter, un repère important qui sera marqué d'une empreinte indélébile dans l'histoire de notre lutte et de notre chère Casamance. Jamais depuis le début de notre lutte, une telle occasion ne s'est offerte à nous. En cela, ces journées s'inscrivent en droite ligne dans le sillage de ce 04 mars 1947 qui a vu de dignes et illustres fils de la Casamance porter sur les fonds baptismaux à Sédhiou la glorieuse, le Mouvement des Forces Démocratiques de la Casamance. Je veux nommer Emile Badiane, Ibou Diallo, Pierre Edouard Diatta, Adama Diallo, Dembo Coly, Ansou Mandian, Victor Diatta, Yoro Kandé, Paul Ignace Coly et tant d'autres.
En effet, unis comme un seul homme, ces illustres fils de notre chère Casamance partageaient un même idéal et un même amour pour leur pays, la Casamance, comme le furent jadis nos valeureux ancêtres.
Une Casamance qui, après Dieu, était leur raison de vivre et d'agir comme elle l'est et doit l'être davantage pour nous aujourd'hui. Ils avaient fait à la Casamance le don de leur personne. C'est là un motif de fierté et de patriotisme pour tous les Casamançais.
L'évocation de la mémoire de nos aînés et de nos ancêtres ets, vous ne vous en doutez pas, une invitation à nous inspirer de leur oeuvre lumineuse qui doit nous guider tout au long de nos assises. Nous devons, en nous inspirant de leur exemple, trouver en eux le ressort moral nécessaire et le ciment indispensable pour sceller ici et maintenent, sur cette terre de Gambie, l'unité définitive du MFDC, préalable à l'avénement et l'instauration d'une paix en Casamance dans la justice et la vérité.
Nous devons faire preuve de dépassement et éviter les procès d'intention pour n'avoir présent à l'esprit que le seul intérêt supérieur de la Casamance et des populations pour lesquelles et au nom desquelles nous nous battons et qui n'aspirent qu'à la paix. Tous les regards de nos compatriotes sont tournés vers Banjul. C'est qu'en réalité, la flamme de la liberté allumée par les illustres fondateurs du MFDC a toujours continué de briller dans le coeur des Casamançais que rien en vérité, ne peut diviser et qui aspirent à vivre sur la terre de leurs ancêtre une vie de pleine dignité et de pleine responsabilité. nous n'avons pas le droit de les décevoir.
Frères et Soeurs du Mouvement des Forces Démocratiques de la Casamance,
Toute guerre si longue soit-elle, comme celle qui nous est injustement imposée, finit toujours sur une table de négociation. Or, nous ne pouvons nous présenter à cette échéance en ordre dispersé. L'organisation de ces présentes journées de réflexion sur l'unification des différentes composantes de notre mouvement me donne l'occasion d'interpeler directement tous les membres du MFDC et tous les Casamançais en général. Les malentendus, les divisions, la confusion et le désordre ont gangréné notre mouvement. Notre Peuple a souffert et continue de souffrir, vous le savez bien. Cette souffrance est aggravée par notre manque d'unité et l'absence de discipline dasn nos rangs. Certains actes supposés avoir été commis par des membres du MFDC ont été pires que ceux imputables à l'ennemi. Mais nous savons aussi que des bandits de grand chemin actionés par les ennemis de la Casamance se sont infiltrés dans notre pays à la faveur de notre lutte pour y commette en toute impunité des exactions et des forfaits ignobles qu'une certaine opinion, sans le moindre souci de discernement s'empresse de mettre sur le dos des combattants du MFDC.
A cela, s'ajoutent les multiples campagnes d'intoxication, de dénigrement et d'injures savamment orchestrées contre notre mouvement. Devant ces épreuves, je vous recommande la vigilance, le courage et la sérénité. Je vous invite donc à ne jamais vous tromper de cible et surtout à ne pas perdre de vue l'objectif principal de notre lutte qui est l'Indépendance de la Casamance.
Les manipulations dont sont sont victimes certains secteurs importants de notre mouvement, aile civile comme aile militaire, la corruption et la carte de la division ont gravement affecté notre cohésion et porté un rude coup à l'image et à la crédibilité du MFDC.
Le mensonge et les rumeurs fantaisistes se sont substitués au culte sacré de la vérité tel que nous l'ont enseigné nos valeureux ancêtres. Devant une telle situation, j'ai créé en septembre 1997, le Comité de Pilotage Provisoire (CPP) dont je coordonne et contrôle les activités avec missions de prêcher la Paix, l'Entente, le Pardon, la Reconciliation, la Fraternité, la Concorde et surtout l'Unité de tous les membres du MFDC mais aussi de tous les Casamançais qu'ils soient de souce ou d'adoption. Je voudrai saisir cette occasion pour vous dire que ce comité de pilotage, composé de trente-quatre(34) membre, bénéficie de mon entière confiance. Sur le terrain, depuis plus d'un an et demi, le CPP a fait preuve d'une réelle efficacité. Les présentes journées de réflexion sont à l'actif de ce comité de militants du MFDC. Solennellement, je leur renouvelle ici ma totale confiance.
Alors pour finir, je voudrai vous lancer un appel pressant et solennel à l'Unité autour des intérêts vitaux de notre chère Casamance. Nous, membre du MFDC, devons partir d'ici plus que jamais unis et solidaires. En dix-sept (17) ans de lutte et à lôrée du troisième millénaire, c'est le meilleur cadeau que nous puissions offrir à notre Peuple en attendant celui, issu des succès obtenus de la tables des Négociations.
En souhaitant plein succès à nos assises, je termine pour vous dire: "Ubonkettooraal ! Ujamooraal !"
(Pardonnons-nous ! Entendons-nous)
Je vous remercie de votre aimable attention

Fait à Banjul, le mardi, 22 juin 1999

Le Secrétaire Général du MFDC

JP: Ousmane Tamba s'explique sur l'absence de Léopold Sagna Chef d'Etat-Major des Forces Combattantes du MFDC, de Mamadou Krumah Sané Secrétaire Général Adjoint du MFDC, de Sanoune Bodian, d' Ibrahima Diémé et d'Edmond Bora.
" Le MFDC ne prendra jamais le risque de rassembler tous ses leaders au même endroit et en même tant. Pour des raisons diplomatiques, le Général Léopold Tendeng ne peut effectuer le voyage de Banjul, Monsieur Sané est mis à la disposition de la justice française pour des précedents avec les fausses accusations du gouverment sénégalais, Sanoune Bodian est gravement malade suite aux sequelles de tortures, Ibrahima Diémé évacue les affaires courantes en l'absence du Secrétaire Général à Ziguinchor et je me suis entretenu avec Edmond Bora pendant deux heures de temps le samedi 26 juin 1999 à Banjul."



Les Audiences du Secrétaire Général à l'Hôtel Atlantic de Banjul du 21 au 25 juin 1999
- Le Président Yaya Jammeh au Palais, le 21.06.99
-Le Général Ansoumane Mané, le 21.06.99
-Le ministre de l'agriculture sénégalais Robert Sané
-Ibrahima Sané Directeur de l'ORTS
-L'ambassadeur de France au Sénégal et en Gambie
-Une délégation de Cadres casamançais
-Une Délégation de l'église de Casamance,
L'Ambassadeur des Etats-Unis en Gambie
L'Ambassadeur de la CEE à Dakar
Le Représentant du CICR à Dakar

Les Audiences de Ousmane Tamba à l'hôtel Atlantic de Banjul du 21 au 25 juin 1999

-Les chefs de la communauté musulmane de Casamance
-Des Cadres Casamançais
-Monsieur Tine Secrétaire Exécutif de la RADDHO
-Monsieur Pape Saine, directeur du "The Point" Gambie
-La délégation des réfugiés casamançais en Gambie
-La délégation de la Jeunesse Internationale pour l'Indépendance de la Casamance(JICASA)
- Le Rédacteur en Chef du "Observer" Gambie
-La délégation des femmes du Fouladou et du Pakao
-Les Abbés Bass et Diédhiou
- L'association du Pakao-Fouladou
-Edmond Bora, membre du Bureau National
-Autres personnalités nationales et internationales



LA RESOLUTION FINALE
Le Mouvement des Forces Démocratiques de la Casamance (MFDC) réuni en congrès du 21 au 25 juin 1999 à Banjul en République de Gambie, grâce à la bienveillance du Gouvernement gambien, a examiné la situation politique et militaire qui le concerne.
A cet effet, le Mouvement des Forces Démocratiques de la Casamance:
Considérant la volonté inébranlable de son Secrétaire Général l'Abbé Augustin Diamacoune Senghor d'instaurer l'unité et la cohésion du mouvement;
Considérant la volonté et l'engagement solennel de Monsieur Sidy Badji, ancien Chef d'Etat-Major des Forces Combattantes du Mouvement des Forces Démocratiques de la Casamance " Atika", de souscrire entièrement à la ligne choisie par le Secrétaire Général;
Considérant que cette nouvelle donne politique a permis, dans l'intérêt supérieur de notre nation, la création du Comité de Pilotage Provisoire (CPP) puis l'organisation des assises de Banjul en Gambie du 21 au 25 juin 1999;
Considérant que les conclusions des travaux du Comité de Pilotage Provisoire sont largement à la mesure de la mission qui lui a été assignée par le Secrétaire Général du MFDC l'Abbé Augustin Diamacoune Senghor;
Considérant la forte mobilisation ds différents comités de base et des différentes délégations ainsi que la richesse de leurs contributions respectives s'inscrivant parfaitement dans la logique de la directive du Secrétaire Général;
Considérant les difficultés de coordination des différents commandements militaires;
Le Mouvement des Forces Démocratiques de la Casamance prend acte de la nécessité de restructuration et de réforme de ses instances.
Dans cette perspective, le Mouvement des Forces Démocratiques de la Casamance a examiné puis adopté ses projets de statuts, de réglement intérieur, de charte nationale de la résistance casamançaise et de plate-forme revendicative.
Considérant par ailleurs que le présent congrès fait office de bureau national et conformément aux dispositions concernées des statuts et du réglement intérieur;
Le Mouvement des Forces Démocratiques de la Casamance proclame le maintien de l'Abbé Augustin Diamacoune Senghor, à compter de ce jour, dans ses fonctions de Secrétaire Général.
Le Mouvement des Forces Démocratiques de la Casamance invite son Secrétaire Général à nommer un responsable de la Délégation Nationale et un responsable de la Délégation Extérieure qui devront former leurs exécutifs respectifs de commun accord conformément aux dispositions concernées des statuts et du réglement intérieur.

Le Congrés dénonce les manoeuvres de destabilisation entreprise par l'armée d'occupation sénégalaise en vue de saboter nos journées de réflexion.
Le Congrès condamne avec la plus grande énergie les enlèvements, les tortures, les arrestations arbitraires, les viols, le traitements dégradants les humiliations et les assassinats perpétrés par l'armée sénégalaise et ses sbires en Casamance.
Le Congrès témoigne sa solidarité et son soutien à Atika pendant ces moments difficiles.
Le Congrès exige des autorités sénégalaises le retrait immédiat de toutes les forces militaires et paramilitaires en Casamance.
Le maintien des seuls camps militaires dont la création est antérieure au 25 décembre 1979 et la ferméture immédiate des camps et cantonnements créés après cette date.
Le non renforcement des effectifs de l'armée sénégalaise en Casamance ainsi que le silence des armes de part et d'autre en Casamance.
Le Congrés réaffirme sa détermination à aller à la table des négociations.
Le Congrès se félicite de la participation active du Groupe des Observateurs et lui renouvelle sa demande de ne ménager aucun effort pour ramener la Paix en Casamance.
Le Congrès renouvelle sa confiance totale au Peuple frère et aux Hautes Autorités de Guinée-Bissau en tant que partie garante des différents accords de cessez-le-feu signés entre le Mouvement des Forces Démocratiques de la Casamance et le Gouvernement du Sénégal.
Le Congrès exprime sa reconnaissance au Peuple frère et aux Hautes Autorités de la République de Gambie et principalement à son Excellence, le Président Yaya Jammeh qui, par delà son action constante et désintéressée, au service de la Paix en Casamance, a bien voulu accepter, avec beaucoup d'amabilité; de disponibilité et de dévouement, d'abriter dans son Pays, nos présents assises.
Le Congrès demande solennellement à Son Excellence le Président Yaya Jammeh d'oeuvrer au recouvrement de la liberté pleine et entière du Secrétaire Général et de tous les responsables et militants du Mouvement des Forces Démocratiques de la Casamance comme préaléable, entre autres, aux négociations avec le Gouvernement du Sénégal. Sa liberté de voyage quand il veut, à l'intérieur et à l'extérieur du Pays. Pespecter rigoureusement la libre circulation des personnes et des biens.

Banjul, le 25 juin 1999

Le Congrès




JP: L'Ambassadeur français André Lewin a quitté le Sénégal pour la retraite. Il a été le premier français à pousser le gouvernement sénégalais vers un réglement négocié du conflit sénégalo-casamançais. Avant de partir vers sa France natale il a déclaré à notre correspondant: "Il y a probablement certains milieux à Dakar qui croient qu'il suffirait d'éradiquer les Diolas ou de laisser à l'armée carte blanche pendant quelques années pour que le problème de la crise casamançaise et du particularisme casamançais soient réglés. Moi, je crois que la solution du problème de la Casamance n'est pas militaire. Les Portugais et les Français ont connu ce problème dans le passé, lorsqu'ils étaient les colonisateurs. Je crois qu'il faut une solution politique. Cela ne veut pas dire que je conteste que l'armée sénégalaise puisse jouer un rôle, notamment pour assurer la tranquillité de la région. Mais je crois aussi qu'une présence trop massive et trop longue de l'armée a des conséquences négatives sur la psychologie des populations. L'ancien chef d'état-major de l'armée sénégalaise, qui est maintenant ministre de l'Intérieur, me disait : on ne peut pas mettre un militaire derrière chaque casamançais et chaque fois que nous faisons des opérations très vives, de nouveaux rebelles vont dans le maquis, et de nouveaux casamançais deviennent des rebelles et vont dans les maquis, donc je crois que très sagement, le président de la République et le gouvernement ont dit que, tout en permettant à l'armée de jouer son rôle, il fallait rechercher une solution politique et rechercher le dialogue avec le seul mouvement qui, pour le moment, se présente à l'horizon, c'est le Mfdc, avec son Secrétaire général, l'Abbé Diamacoune. "

André Lewin
L'Ambassadeur de France à Dakar et Banjul: Mr André Lewin


La Guinée-Bissau à Banjul comme pays garant des accords de cessez-le-feu.

Le Général Ansoumane Mané s'est rendu à Banjul du samedi 19 juin au dimanche 27 juin 1999 pour assister aux scéances de travail du MFDC. Rappelons que la Guinée Bissau est le pays ganrant des accords de cessez-le-feu de 1991, 1992 et 1993 signés entre le MFDC et le gouvernement sénégalais.


Le président par intérim de la République de Guinée-Bissau, Malan Bacaï Sanha, a effectué une visite de courtoisie au président Abdou Diouf du Sénégal, les 26 et 27 juin 1999.


le général Mané
Le Général Ansoumane Mané
JP: Abbé Augustin Diamacoune Senghor, Secrétaire Général du MFDC, a été reçu ensemble avec le Général Ansoumane Mané par le président gambien Yaya Jammeh, le lundi 21 juin 1999 à 11 heures. L'entretien tenu à huis-clos a duré 40 minutes. Selon Ousmane Tamba qui accompagne Diamacoune dans ses déplacements, "les trois hautes personalités ont surtout affirmé leur volonté commune de ramener la paix et la stabilité dans la sous-région".

JP: Le ministre gambien des affaires étrangères Sidati Jobe a effectué un voyage à Dakar le vendredi 25 juin 1999, pour consulter le président Abdou Diouf. Il lui a remis le document de la résolution finale du MFDC.

Les Etats-Unis, par leur ambassadeur à Banjul, se sont engagés financièrement pour la réussite des Journées de réflexion du MFDC à Banjul. Une bonne partie des frais d'hôtel pour 150 personnes a été prise en charge.

Le grand absent de la scéance d'ouverture des journées de réflexion du MFDC à Banjul, fut l'ambassadeur de France au Sénégal et en Gambie. Il a été reçu deux jour plus tard par Abbé Augustin Diamacoune Senghor en privée.



Yahya Jammeh
Le président Yahya Jammeh de Gambie

JP: Monsieur Nkrumah Sané, Secrétaire Général Adjoint du MFDC n'a plus de souci à se faire. Le Comité de Pilotage Provisoire (CPP)a été dissout après les assises de Banjul. Le front-nord n'existe plus après l'Unité des Fils de la Casamance, la Celic a affirmé sa dissolution, et la sous-section de Lyon pourrait s'aligner dans les brefs délais sous les directives de la Section MFDC de France.On annonce déjà une visite de Jean-Marie François Biagui au Secrétaire Général Adjoint.


JP: Exécutions sommaires en Casamance

Du 28 mai au 10 juin 1999, au moins huit (8) personnes ont été exécutées par les militaires sénégalais en Casamance.

1. Antoine Sagna de Bassaré

2. William Sagna (fils) de Bassaré

3. Anisse Manga d'Etomé

4. Paul Ignace Bassène de Nyassia

5. Théodore Bassène de Kassoulou

6. Adama Sagna de Kadjénène

7. Deux autres corps non identifiés ont été trouvés dans les rizières de Nyassia.


JP: Monsieur Mamadou Nkrumah Sané, Secrétaire Général Adjoint du MFDC s'est rendu à Lisbonne au Portugal, au début du mois de juin, pour la mise en place de la Section MFDC de Portugal. Monsieur Sané a reçu la Presse por-tugaise et a déclaré que la Casamance, la Gambie et la Guinée Bissau pourrait réaliser ensemble l'ancien royaume du Gabou qui compterait alors 8 millions d'habitants. Monsieur Sané a en outre eu des contacts fructueux avec les responsables politiques du parti socialiste de Timor-Est.


JP: Selon des sources bien informées, les services casamançais du renseignement s'intéressent du cas Alexandre Djiba et de son entourage. Depuis sept mois, des informations précieuses sur ses intentions personnelles et compromettantes sur ses relations avec certains milieux sénégalais sont rassemblées. Ebalass notre correspondant spécial, nous en dira plus dans les semaines à venir.


JP: Les hommes de Kamougué Diatta ex-Front-Nord doivent désormais se soumettre aux ordres de l'Etat-Major du Maquis. Mais des problèmes subsistent quant à leur réinsertion dans les différents cantonnements. Si politiquement l'accord est absolu, mais sur le plan militaire des rétissences demeurent. La bonne foi des repentis doit être testée par les actes.


JP: La Banque Nationale de la Casamance a démarré effectivement ses activités en Suisse. Dans le but de conquérir le monde entier, elle serait à mesure de recruter des cadres financiers. Pour les intéressés, s'adresser à :
National Bank of Casamance
Ferme des Trois Chasseurs
1068 Les Monts de Pully
Suisse
Une cinquataine de personnes ont été arrêtées le 30 avril 1999, torturées puis emprisonnées par les forces d'occupation sénégalaise. Ces arrestations font suite au revers subit par l'armée sénégalaise ces derniers jours en Casamance qui aurait perdu une quarantaine d'hommes sur le terrain de combat.


BANJUL EN BREF...

* Le CPP a été dissout le 25 juin 1999 avec le sentiment d'avoir accompli sa mission.
*La Celic a annoncé sa dissolution pour joindre la section française du MFDC.
* Le CPP ne métrise pas les données du MFDC. Il ignorait l'existence des sections MFDC de Côte d'Ivoire, d'Allemagne, de Portugal, des Etats-Unis et de l'Italie.
* Parmi les Sous-sections du MFDC, seul la sous-section du MFDC de Lyon a été représentée par Jean-Marie François Biagui et Alexandre Djiba.
*Une délégation américaine de 58 personnes ont pris contact avec les délégués casamançais et échangé des idées. Tous ont logé dans le même "Atlantic Hotel" de Banjul.
* Les retardataires des assises de Banjul: Les missionnaires de l'Etat-Major du Maquis et la Celic.
* Ousmane Tamba a accordé des interviews qu'en anglais, en mandingue et en allemand. La presse d'expression française, a elle, reçu JMF Biagui et Alexandre Djiba.
*Ablaye Djiba a installé, dans sa chambre 106, du matériel informatique à sa seule disposition. Il faut lui courrir derrière pour recevoir une copie de document.
* Kamougué Diatta et Ablaye Diédhiou, tous fidèles de Sidy Badji ont fait éclaté leur différent d'argent à Banjul. Des millions de CFA remis par lea autorités sénégalaises au second se sont envolés. Le premier et ses hommes de Djakaye réclament leur part de gâteau.
* Sidy Badji est, par deux reprises, ramené à l'ordre par le service de protocole gambien. Il a toujours voulu s'asseoir aux côtés de Abbé Diamacoune. Le protocole l'en n'a empêché.
* Ousmane Tamba a perturbé le protocole gambien, le 21 juin 1999, lors de la visite au palais de la république de Gambie. Il a exigé une délégation de quatre membres du MFDC aulieu de deux initialement prévus: Abbé Diamacoune, Sidy Badji, Bertrand Diamacoune et Ousmane Tamba. Il a insisté pour le tête-à-tête Yaya Jammeh, Ansoumane Mané et Abbé Diamacoune de 40 minutes.
*L'UCAS de Sédhiou n'a pas été au rendez-vous de Banjul. Une dissidence au sein du groupe serait la cause de leur absence.
*Une soirée cinématographique a été proposée par la section de suisse du MFDC aux délégués. Les films "Belle et Rebelle Casamance" et " Et ce fut la lumière" ont été projeté le 24 juin 1999 dans la salle Tesito de l'hôtel "Atlantic".
*Accroc lors des scéances de travail entre Laurent Diamacounedélégué en Gambie, et le CPP. La tension a vite été étouffé par les sages.
*Ousmane Tamba a bien pris le vol "Sabena" Bruxelles-Banjul à l'aller comme au retour avec escale d'une heure à Dakar.
* L'ambassadeur des Etats-Unis à Dakar, Monsieur Dane F. Smith a définitivement quitté le Sénégal après 5 années de service diplomatique. Monsieur Smith était trop lié à la famille Diouf. Il a été sévérement critiqué aux Etats-Unis au niveau du Département d'Etat et de la Communauté noire américaine. A Dakar il s'est soucié plutôt du renforcement de la coopération militaire en fournissant armes, assistance technique et séries de manoeuvres militaires. Il n'a rien fait pour arrêter les massacres de civils par l'armée sénégalaise et fermé les yeux sur la violation quotidienne des droits de l'homme en Casamance. Pourtant la sauvegarde des droits de l'homme est un des pilliers de la Constitution américaine.
*Lamine Cissé ministre de l'Intérieur du Sénégal a rencontré le 25 juin 1999 à la salle "suite" de "Atlantic Hotel ", à 11:30, le Général Ansoumane Mané de Guinée-Bissau pour 30 minutes.
*Le 23 juin 1999 à 15 heures, Robert Sagna, Ministre sénégalais de l'Agriculture a visité le Général Ansoumane Mané dans une résidence de Bakau en Gambie.
*Plusieurs Cadres Casamançais vivant au Sénégal ont apporté leur soutien au MFDC et réclament l'Indépendance de la Casamance.

* "Le Palmier", journal de nos confrères de la Celic a été distribué gratuitement en Gambie.
* Des posters géants (2000) et des badges (1100) à l'éfigie du Secrétaire Général du MFDC ont été vendus à Banjul à 10 dalasis l'unité. La recette de plusieurs centaines de milliers de CFA servira aux enfants orphelins de Casamance. L'initiative a été lancée par la Section Suisse du MFDC.





section de suisse



Abbé Diamacoune ¦ Histoire ¦ Géographie ¦Disparus ¦ Prisonniers ¦ Adresses ¦Adhésion ¦Retour-Home

Copyright © mars 1999 by Tamba Network Inc . All rights reserved.